Délégation Ille et Vilaine

Rencontre du 29 Avril 2016
Relais du Bois de Soeuvres,
Vern-sur-Seiche

Entraide polio Ouest informe pour mieux vivre avec la maladie

Ouest-France Vern-sur-Seiche -Publié le 14/05/2016 à 00:05

Rencontres EPO Ouest 2016

Le groupe Entraide polio Ouest soutient les malades et leur entourage.

En partenariat avec des professionnels de santé, les malades de la polio et leurs familles étaient réunis dans la commune, vendredi 29 avril, pour la 4e rencontre interrégionale, intitulée Poliomyélite d'hier et complications d'aujourd'hui.

Ce rendez-vous a été initié et pérennisé par le groupe Entraide polio Ouest (Epo), créé au sein de l'association des Paralysés de France. Cette année, le sujet était le suivant : Poliomyélite, syndrome post-polio, prise en charge adaptée en rééducation et aménagement du style de vie.

Soulager et freiner

Le syndrome post-polio (SPP) touche les personnes qui ont déjà été atteintes par la polio. « Ce syndrome est aussi appelé effets tardifs de la polio, explique Monique Berlan coordinatrice du groupe APF (Association paralysés de France) et Epo. Il fait référence aux symptômes qui apparaissent chez 50 % à 70 % des personnes, après une récupération et une stabilité de leur état durant quelques décennies de quinze à quarante ans. »

Le SPP se définit comme une nouvelle faiblesse ou une fatigue musculaire anormale, pouvant être accompagnée d'une fatigue généralisée, d'atrophie musculaire ou de douleur chez des gens qui ont récupéré d'une polio paralysante. Il n'existe, à ce jour, aucun remède contre le SPP. Il faut donc essayer de freiner le processus et soulager les symptômes.

Anne Beaubras, masseur-kinésithérapeute au service de réadaptation fonctionnelle adulte du CHU Rennes, est intervenue pour rappeler les grandes lignes de la rééducation. « La rééducation repose avant tout sur des objectifs réalistes et personnalisés. Elle nécessite une approche pluridisciplinaire. Le but est le soulagement de la douleur ou son management en fonction des activités, la marche et les déplacements. »

Bien qu'il n'existe actuellement aucun traitement médicamenteux du syndrome post-polio, la médecine n'est pas désarmée face à celui-ci. « La dégradation fonctionnelle n'est pas inéluctable. L'éviction du surmenage musculaire, les mesures diététiques, la prise en charge, la rééducation et l'aménagement du style de vie contribuent de façon très efficace au maintien des performances fonctionnelles. »

Pour lire le comte-rendu de la réunion, cliquez ici...