Délégation Ille et Vilaine

Parents & handicap

Parents en situation de handicap
Une France accessible en 2017

Pour une France accessible


Touche pas à ma MDPH

la Carte d'Invalidité devient
Carte Mobilité Inclusion
Faciliter l’accès à l’information des personnes handicapées
Reconnaissance du Handicap,
le dossier à constituer change !
infos en suivant ce lien


Soutenir l'APF

Pour vous renseigner et vous accompagner au mieux, une équipe est à votre écoute :

Contacter l'équipe locale

Notre vie doit-elle se limiter aux places qui nous sont réservées ?

Mobilisons nous

Étre bénévole en Délégation

Boutique APF

Le but de Recyclivre est de mettre en place un cercle vertueux entre, les particuliers, les entreprises et collectivités souhaitant se séparer de leurs livres d\'occasion et, les personnes en ayant besoin.

C\'est bon esprit

APF Délégation d'Ille et Vilaine

Octobre 2012 : le manoir de l'automobile

manoir de l'automobile Élisabeth Renaud
Circuit de Lohéac


Découverte du Musée de l’automobile de Lohéac (35), le 18 octobre 2012

C’est, de nouveau, par une journée pluvieuse que notre petite équipe, d’une vingtaine de personnes, s’apprête à partir pour Lohéac, près de Redon. René, qui nous attend sur place, n’est pas présent et nous ne manquons pas de nous rappeler que, lors de la sortie de juin dernier, alors que nous dégoulinions sous les averses, René nous avait appelés, de son lieu de vacances, juste avant d’aller se baigner sous un soleil superbe : il a vraiment un don pour ne pas se mouiller !! Rallye cross de Lohéac

Lohéac a donné son nom à un circuit de rallye cross qui se déroule tous les ans le 1er week-end de septembre. En ce qui nous concerne, nous nous contenterons de visiter le Manoir de l’automobile.

Le voyage se déroule sans encombre, sous la maîtrise de Jean-Paul, notre chauffeur, et la vigilance de l’équipe organisatrice. Nous arrivons à Lohéac où nous retrouvons René, toujours souriant. Nous nous dirigeons à pied vers le restaurant. Comme je faisais office de « voiture balai », je me fais accoster par une petite dame qui affiche son mécontentement. En l’interrogeant, j’apprends qu’elle est fâchée à cause de notre car qui, soi-disant, lui bouche la vue quand elle est à sa fenêtre !! Qu’à cela ne tienne, je pars illico quérir Jean-Paul pour qu’il déplace un peu le car et rende à cette dame toute la visibilité nécessaire à son poste d’observation !!!

La Manivelle Nous allons ensemble jusqu’au restaurant dont le nom évoque déjà notre visite. Devinez : il fallait me tourner, parfois avec force, pour que la voiture démarre, qui suis-je ? La Manivelle, bien sûr ! Des voitures et des bateaux décorent les murs et rappellent les deux passions du patron de ce restaurant sympa qui, fort de son expérience en rallyes raids, a monté une école de pilotage 4x4. Il y a un virus dans la région ! Après le repas, quelques personnes courageuses ont regagné le musée de l’automobile en fauteuil. Le reste de la troupe l’a fait en car.

Michel Hommel Le Manoir de l’automobile est né de la passion d’un homme, Michel Hommel, pour les voitures et de son attachement à Lohéac. Ecoutons-le en parler : « C’est en 1973 que je découvre une petite commune d’Ille et Vilaine, d’environ 400 âmes. J’ai 30 ans en 1973 et je suis impressionné par la vitalité de cette Bretagne de l’intérieur. J’ai vécu jusque là dans une région où le monde rural se dégradait doucement… En arrivant à Lohéac, j’ai l’impression de retrouver le village natal de Lorraine où j’avais passé mon enfance. En effet, Lohéac était, au Moyen Age, un des sites féodaux les plus importants dans la région. A Lohéac, il fait bon vivre et c’est pour cela que j’ai réuni ma collection de voitures dans un ancien corps de ferme du village ». Michel Hommell a donc réuni sa collection de voiture, commencée à l’âge de 18 ans et, jusque là, dispersée en Bretagne et dans sa Lorraine natale, dans un ancien corps de ferme du village, le transformant, de fait, en musée.

Un peu d’histoire s’impose :

Lohéac, entre Rennes et Redon, c’est la Bretagne profonde, secrète, accrochée à ses traditions et à ses légendes. Restent quelques vestiges architecturaux.

ancienne baronnie de Lohéac L’ancienne baronnie de Lohéac a accompagné les heures glorieuses des grandes familles bretonnes. Un des premiers seigneurs de Lohéac avait construit un château qui, de 1488 à 1491, passa plusieurs fois des mains des Bretons à celles des Français. Il fut démoli pendant les guerres de la Ligue en 1598.

Plusieurs personnages célèbres honorèrent la ville de leur présence : Charles VII en 1491, la Duchesse Anne de Bretagne en 1489. Elle fit don, en remerciement de cette hospitalité, de 13 vitraux qui furent posés dans l’église Saint André, située alors à l’emplacement de l’actuel cimetière. Cette église fut détruite en 1782, sauf le chœur. Elle fut reconstruite puis démolie une deuxième fois en 1875. La mairie actuelle appartenait, en 1828, au percepteur du village, puis devient une école vers 1840 pour devenir, par la suite, la mairie.

Lohéac La rencontre de Michel Hommell, éditeur parisien, avec Lohéac fut un hasard. Une annonce le conduisit non loin de Lohéac, à un manoir en ruines mais trop isolé. Il ne correspondait pas à ce qu’il cherchait : à savoir la conjugaison de l’amour des vieilles pierres et la vie communale. On lui proposa une grande maison du 17ème siècle à Lohéac le 13 Mai 1973 et ce fut le coup de foudre. Il sut convaincre les élus. Les façades des maisons furent restaurées pour exhiber leurs belles pierres. Les halles, datant de 1628, manquent à l’appel. Elles furent détruites en 1969.

La municipalité et le comité des fêtes organisent beaucoup de manifestations, des fêtes que le père « Kéru » accordéoniste et visage incontournable du village, ne manque sous aucun prétexte. « Il a, dans son instrument rouge, le pouvoir de faire oublier la grisaille et de réveiller la bonne humeur ».

253 Le Roi du village ? c’est Benji, un chien rattaché à la race des terriers. Il fut abandonné sur un terrain de camping, puis recueilli par un nouvel habitant venu passer sa retraite à Lohéac. Mais Benji ne reconnaît aucun maître. Il dort où il veut, connaît aussi les endroits où les gamelles sont les mieux remplies par les habitants. C’est une véritable mascotte.

rallycross Michel Hommell est arrivé, avec aussi dans ses bagages, le rallycross, une discipline très populaire en Angleterre. Lors du 1er rallye en 1976, le scepticisme était grand. Mais dès le 1er jour du week-end, les boissons et la nourriture firent défaut tant il y avait de monde. Rolande, qui tient encore l’hôtel-restaurant « La Gibecière », reconnaît que la 1ère année, les gens avaient manqué de confiance en Michel Hommell et ne croyaient pas qu’on puisse déplacer près de 10.000 personnes.

Aujourd’hui, avec son manoir de l’Automobile, ses écoles de pilotage, ses compétitions, une ferme transformée en circuit de karting, Lohéac est le 1er village de l’Automobile en France. Il aura fallu dix ans de travaux pour transformer cette ferme du XVIIème siècle en l’un des plus beaux musées d’Europe consacré à l’automobile, avec ses 14.000m2 d’exposition et plus de 300 voitures de collection. Imaginez ce qu’il a fallu en m3 de béton, de pierres, de bois, des tonnes de lambris, de placoplâtre, d’isolants, de plaques de fonte, de matières premières pour daller les terrasses, les sanitaires et j’en passe et des meilleures pour transformer cette ferme. Sans compter le nombre d’arbres, d’arbustes, de jardinières, de fleurs et de gazon plantés pour agrémenter cet endroit.

palais d’automobiles Nous entrons dans ce « palais d’automobiles » et nous découvrons tout un panel de voitures sauvées de la rouille et de l’oubli, remontées, restaurées à l’identique, bichonnées par des mains expertes. Pas un boulon n’a été remonté rouillé. Quand les pièces ont disparu, il faut les refaire exactement comme celles qui équipaient la voiture à sa sortie d’usine : « La restauration est une œuvre d’art qui fait honneur aux artisans qui l’ont réalisée ».

taxis de la Marne Mais commençons la visite :

Les fameux taxis de la Marne nous accueillent, flanqués de motos tout aussi anciennes. Suivent, les Alpines Renault, très connues dans les rallyes. Elles doivent leur nom à Jean Rédélé, diplômé d’HEC, qui dans les années 50 avait accumulé les lauriers sur les routes de montagne au volant de sa 4CV Renault et qui choisit Alpine comme nom de baptême à sa future production ! Les Alpines Renault, dont la célèbre Berlinette ou l’A106, peuvent se vanter d’un beau palmarès international. Un prototype est exposé au Salon de New-York au début de l’année 1954. La A106, entrée en fabrication en début d’année 1955, fut présentée officiellement au Salon de Paris la même année. Elles ont brillé sur les circuits. A Lohéac, 15 modèles différents sont réunis ainsi que quelques prototypes ayant participé aux courses du Mans. Alpines Renault Plusieurs victoires sur le circuit du Mans sont au palmarès des Alpines dont celle obtenue en 1978 par l’Alpine Renault A 442 B de Didier Pironi et Jean-Pierre Jaussaud.

Me voici, plus loin, en arrêt devant une voiture étrange. Quelle longueur de nez ! Elle fut construite dans les années 70. Le dragster est un sport mécanique d'accélération ouvert aux véhicules à deux et quatre roues. Départ arrêté, il s'agit de mettre le moins de temps possible pour franchir une distance variable (depuis 2012 de 1000 pieds, soit 305 mètres). La catégorie reine de cette discipline est le « Top Fuel », les plus rapides passaient la ligne des 402 mètres en moins de 4,5 secondes, atteignant des vitesses proches de 530 km/h. Avec la nouvelle réglementation NHRA pour cette catégorie, les épreuves se disputent aujourd'hui sur 305 mètres en moins de 3,8 s. Ceux-ci sont propulsés par des moteurs pouvant dépasser les 8.000 ch. alimentés par un mélange de nitrométhane (90 %) et de méthanol (10 %). Le record absolu sur le 1/4 de mile a été réalisé en juillet 1984 par l'américain Sammy Miller avec un temps de 3,58 secondes et une vitesse de passage à 621 km/h. Ce record, réalisé à Santa Pod Raceway, en Angleterre, avec une Funny Car propulsée par un moteur-fusée, n'a été homologué ni par la NHRA ni par la FIA. dragster

Les courses de dragster sont très populaires aux États-Unis (recordman : Sammy Miller). En France, le premier championnat a eu lieu en 1980.

Deux concurrents d'une même catégorie se présentent côte à côte, chacun dans un couloir, et procèdent à un « burnout ». Celui-ci consiste à faire chauffer la gomme des pneus arrières en les faisant patiner à l'arrêt ; cela dépose de la gomme sur la piste et augmente l'adhérence du train arrière pour le départ. Les voitures s'arrêtent avec l'aide d'un parachute, celui-ci est obligatoire. Les motos par contre n'en sont pas pourvues.

À chaque course, le perdant est éliminé tandis que le gagnant progresse au fil des étapes successives de la compétition. Cette série de courses se poursuit jusqu'à ce qu'il ne reste plus qu’un seul pilote, qui est alors déclaré vainqueur.

LVincent Perrote dragster que nous découvrons a été conduit par Vincent Perrot. Il est animateur de radio et de télévision, un pilote de dragster et un journaliste-historien du cinéma spécialiste de musique de film. En 1998, il devient l’homme le plus rapide du monde sur 250 mètres avec 402,8 km/h en dragster. En 2000, aux commandes de son réacteur à roulettes, il se lance sur la « piste » in-door du Bourget. L’histoire se terminera quelques instants plus tard, encastré dans les premiers rangs de spectateurs, déclenchant dans le public une panique bien compréhensible. En Septembre 2006, il fait ses adieux aux voitures-fusées sur un autre record : 530,69 km/h sur 250 m. en départ arrêté. Il est fondateur de Perrot Feeler Racing, une écurie de courses automobiles consacrée aux diverses catégories de dragsters.

voitures miniatures Poursuivant notre visite, nous entrons dans des salles consacrées aux voitures miniatures. Il y en a environ 3000, de toutes marques : Renault et Gordini, Volvo, Bugatti, Lancia, Citroën, Volkswagen, les belles américaines, Formule 1, Mc Laren, Porsche, Alfa Roméo... Tiens, on y voit aussi des figurines du Tour de France, des chars militaires…

Panhard Nous retrouvons ensuite des modèles non miniaturisés : voici le stand des Panhard. Le 12 novembre 1890, 2 ingénieurs français passionnés de mécanique prennent une décision capitale : celle de commencer la fabrication d’une petite série de voitures automobiles. La 1ère commercialisée semble être la Panhard-Levassor, en 1891, sorte de fiacre à 2 cylindres et atteignant la vitesse de pointe phénoménale de… 16 km/h ! Cette voiture possède un comportement encore assez aléatoire et lui vaut le surnom de « crabe ». Nos 2 ingénieurs conçoivent une nouvelle architecture. En effet, tous placent le moteur au centre ou à l’arrière de la voiture, Panhard décide de le mettre à l’avant, devant l’embrayage. Panhard & Levassor est un constructeur automobile français dont l'activité civile a été arrêtée en 1967, après sa reprise par Citroën. Panhard a également développé des véhicules militaires, il a créé la première auto-mitrailleuse (1914-1918). Plus récemment, ont été conçus les tout-terrains Peugeot P4 de l'armée de terre française, aussi connus sous le nom de Panhard PL 30. Le constructeur poursuit toujours cette activité militaire. Nous avons pu admirer la Panhard, coupé de 1935 roulant à 120 km/h, ayant appartenu à Mistinguett, ainsi qu’une Cadillac de 1956 que le Président Egyptien, G.A. Nasser, a possédé jusqu’à sa mort, en 1970.

Nous nous étonnons ensuite devant d’anciennes voitures hippomobiles (tirées par des chevaux), dont une de pompiers datant de 1850.

Ahydromobiles la suite, nous côtoyons des hydromobiles (voitures amphibies) : une de 1942 roulant à 120 km/h sur route et à 45 km/h sur eau, puis une autre amphibie avec moteur électrique transformée par un automobiliste qui voulait traverser la Seine pour retrouver sa fiancée, pendant la 2ème guerre mondiale, dans l’hypothèse d’un bombardement des ponts par les Allemands.

Plus loin, voici un Buggy monoplace de 1989/1990 piloté par Hubert Auriol, le célèbre pilote de rallye (Paris-Dakar) et surnommé l’Africain pour être né en Ethiopie. Il fut, en 1987, victime d’un grave accident (fractures ouvertes aux 2 chevilles). Nous voyons ensuite la voiture du 7ème rallye des Pharaons de 1988, pilotée par Jacky Ickx, le célèbre belge surnommé « Monsieur Le Mans », car 6 fois vainqueur aux « 24 H du Mans » entre 1969 et 1982. Il gagna également le Paris-Dakar en 1982.

bateau Lamborghini Tiens, voici un bateau Lamborghini piloté par Didier Pironi. Son nom « Le Colibri » fait en carbone, 15 mètres de long, 1200 ch. avec une vitesse sur l’eau de 160 km/h. Didier Pironi était pilote de F1 mais a eu les jambes brisées lors d’une course. En effet, lors des essais du Grand Prix d'Allemagne : roulant à vive allure sous la pluie, il s'envole sur la Renault d'Alain Prost, au ralenti devant lui et masquée par le brouillard. Après un terrible vol plané, la Ferrari retombe sur son nez, broyant les jambes de son infortuné pilote. Encore conscient, Pironi parvient à convaincre les médecins de ne pas l'amputer, mais sa carrière de pilote de F1 vient de s'arrêter. Mi-novembre 1985, Didier, véritablement enthousiasmé par les courses « offshore », se découvre une nouvelle passion. En 1986, il se lance dans la compétition aux commandes du surpuissant Rocky-Euromarché aux côtés de Jean-Pierre Fruitier, le seul pilote français dans la discipline. Le Colibri Puis, en 1987, avec le soutien financier d'Elf et du groupe Midial, via ses marques Banania et Colibri, il monte sa propre équipe et commande notamment la conception d'un somptueux bateau baptisé « Colibri » qu'il pilote lui-même. Début août 1987, Didier Pironi remporte sa première victoire à Arendal en Norvège mais deux semaines plus tard, le 23 août, Pironi et l'ensemble de son équipage constitué de Jean-Claude Guénard et du journaliste Bernard Giroux trouvent la mort au volant du Colibri, après que le bateau se soit retourné à très haute vitesse en montant de l'avant et en accrochant la surface de l'arrière au large de l'île de Wight dans le sud de l'Angleterre. Didier voulait le titre suprême ce qui lui a valu la mort. Par la suite, le Colibri fut restauré et piloté par l'ancien pilote de Formule 1, Jean-Pierre Jarier. Il sera, plus tard, offert à Michel Hommell, créateur du musée du Manoir de l'automobile à Lohéac où il reste exposé.

voitures de luxe Nous pénétrons ensuite dans l’antre des voitures de luxe : Lamborghini, Cadillac, La Fayette, Chevrolet et Packard (USA), Rolls Royce et Bentley (G-B), Mercédès, Tatra (Tchécosl.), Jaguar, Talbot, Ferrari (Italie), Maserati, BMW (Allem.), Porsche… Voici aussi Saab (Suède), Trabant (ex RDA), Honda (Japon). Au détour d’une allée, ce sont les voitures de courses : Lancia, Peugeot, Audi quattro, Citroën, MG, Ford, Renault ainsi que des voitures monoplaces (Matra, Lamborghini, Renault…).

Formule 1 Une ligne de départ d’une course de Formule 1 (F1) est reconstituée. Autour des illustres bolides exposés, nous admirons les portraits des grands pilotes de F1 : Alain Prost (Fr), Niki Lauda (Autr), Nelson Piquet (Brésil), Damon Hill (Angl)… pour ne citer que quelques uns ! Souvenons-nous d’eux : le français Alain Prost, champion du monde en 1985, 86, 89, 93 et victorieux de 51 Grands Prix en Formule 1 de 1980 à 1993 ; l’autrichien Niki Lauda, champion du monde en 1975, 77 et 84. En 1976 lors d’une course, il perd le contrôle de son véhicule et c’est l’accident. Il est grièvement brûlé au visage et à l’article de la mort. Mais il remontera la pente et reprendra les courses ; le brésilien Nelson Piquet, il voulait devenir tennisman mais son père l’a envoyé aux USA dans une académie, c’est là qu’il découvre le sport automobile.

grands pilotes de F1 Il a été champion du monde en 1981, 83 et 87... Dès 1992 (l'année de ses 40 ans), Piquet se blesse grièvement lors des essais de la prestigieuse épreuve américaine sur l'Indianapolis Motor Speedway. Les jambes broyées, frôlant l'amputation, Piquet semble perdu pour le sport automobile, mais à l'issue d'une douloureuse convalescence, et pour prouver à tous qu'affronter un mur sur un ovale à 360 km/h ne lui fait pas peur, il effectue son retour un an plus tard, aux 500 miles d'Indianapolis de 1993, participation qui se soldera par un abandon précoce sur casse moteur ; enfin, l’anglais Damon Hill, fils de Graham Hill, il sera champion du monde en 1996 et le seul, de ce niveau, à avoir succédé à son père dans son sport.

calèches Le musée fait la part belle aussi aux vieux métiers. Le 1er étage leur est dédié avec la reconstitution de scènes de village authentiques grâce à des mannequins réalistes : cordonnier, taxidermiste, coiffeur, dentiste, sabotier, menuisier, restaurateur « Confrérie du marron de Redon », école… Nous déambulons parmi les diligences, les calèches tirées par les chevaux, un corbillard à baldaquins, un trinqueballe (long chariot destiné à transporter des objets longs et lourds tels que poteaux, troncs d’arbres…) et une ancienne roulotte de gitans et son guitariste. trinqueballe

Nous découvrons la calèche blanche « Victoria » qui conduisit Sylvie Vartan et Johnny Hallyday lors de leur mariage en 1965.

juke-box Soudain, un air de musique enjoué mais d’une autre époque emplit l’étage. Nous nous y dirigeons, curieux. Quelques personnes sont attablées et profitent du concert dans une sorte de bar rétro. La musique est jouée par un « Organ Jazz ». C’est un ensemble orchestral mécanique (sans musiciens) composé de nombreux instruments animés : saxo, trompette, grosse caisse, tambourin, accordéons « crucianelli », tambours, cymbales. Tout cet ensemble se met en route, comme un juke-box, en y introduisant une pièce de 2€. Nous avons ainsi eu droit à deux concerts grâce à la générosité de deux membres de l’équipe.

Il nous faut, pourtant, revenir à notre époque et prendre le chemin du retour. La pluie s’est invitée de nouveau lors de notre embarquement. Nous avons laissé René, Georgette et Yvonne à Lohéac et Jean-Paul et son Albatros nous ont ramené à Rennes, toujours sous la pluie qui n’a pas épargné les quelques personnes attendant l’arrivée d’Handistar.

Cette excursion est la dernière de l’année. Après une petite pause hivernale, la saison des « journées découvertes » reprendra en février 2013.

Un grand merci à vous tous pour cette merveilleuse année passée dans la bonne humeur, les rires, le bon esprit et pour tout ce que vous avez apporté à cette saison. A bientôt de vous revoir et de découvrir d’autres horizons.


Ci-dessous quelques photos des véhicules et scènes d’autrefois présentées au Manoir…


images75 images76
images77 images78
images79 images80