Délégation Ille et Vilaine

Parents & handicap

Parents en situation de handicap
Documents CNSA

AAH, PCH, AEEH, etc
Fiches faciles


la Carte d'Invalidité devient
Carte Mobilité Inclusion
Faciliter l’accès à l’information des personnes handicapées
Reconnaissance du Handicap,
le dossier à constituer change !
infos en suivant ce lien


Soutenir l'APF

Pour vous renseigner et vous accompagner au mieux, une équipe est à votre écoute :

Contacter l'équipe locale

Notre vie doit-elle se limiter aux places qui nous sont réservées ?

Boutique APF

Le but de Recyclivre est de mettre en place un cercle vertueux entre, les particuliers, les entreprises et collectivités souhaitant se séparer de leurs livres d\'occasion et, les personnes en ayant besoin.

C\'est bon esprit

APF Délégation d'Ille et Vilaine

Balade en péniche sur le canal de Nantes à Brest (44)

Journée découverte Élisabeth Renaud

Journée découverte du 10 juin 2013, balade en péniche sur le canal de Nantes à Brest (44)


Alors, quel temps aurons-nous aujourd’hui ? Pas très engageant pour le moment. Il faut dire qu’il est tôt. Mais René nous a dit que cela devrait se relever. Quel risque il prend ? Mais il assume.

23 personnes lève tôt 8h45 : les 23 personnes lève tôt se sont données RV, toujours aussi enthousiastes et nous allons prendre la route pour une journée reposante à bord du bateau Cap Vert et nous naviguerons sur le canal de Nantes à Brest. Tiens, tiens, René aurait-il menti ? Un peu de pluie vient s’écraser sur le pare-brise pendant le voyage. Bon, ça ne dure pas longtemps. Ouf ! Tout notre petit monde embarque sur le bateau. Les 2 membres d’équipage installent un grand parasol et des transats. Hum, Hum ! Seraient-ils aussi optimistes que René ? Quelques recommandations de sécurité nous sont données. Voilà les moteurs vrombissent, le bateau commence à virer et à glisser doucement sur l’eau.

Attention, baissez la tête pour le passage du 1er pont à 3 arcades. Que la nature est belle, on l’oublie souvent. Les berges du canal sont parsemées de nombreuses « fausses carottes » ou « jeannottes » dans le langage de la campagne, quelques nénuphars se prélassent sur l’eau, des canards glissent silencieusement au fil de l’eau. Quelques randonneurs et cyclotouristes bravent la grisaille et parcourent quelques kilomètres le long du halage.

Dès le début du voyage, un membre d’équipage se transforme en barman et apporte, sur un plateau, le café à ceux qui en veulent. Il lui manque juste la tenue adéquate (chemise blanche, pantalon noir voire nœud papillon noir). Mais bon il était serviable.

la 1ère écluse Voici qu’apparaît au loin la 1ère écluse. Tout est calculé au millimètre près. Pas intérêt de laisser traîner les mains hors du bateau sous peine de les coincer. La porte amont de l’écluse s’ouvre doucement. Nous voilà emprisonnés dans le sas. Et « Tourne, tourne la manivelle pour ouvrir les portes». Pour obtenir un même niveau d’eau qu’en aval et permettre au bateau de continuer sa route, les portes « aval » s’ouvrent en 2 temps. D’abord des vantelles qui équipent les portes laissent sortir l’eau de façon progressive, puis, quand le niveau est descendu dans le sas, on ouvre les portes en grand. Du coup, le niveau de l’eau est identique dans la partie aval du cours d’eau et à l’intérieur du sas. Une fois les portes ouvertes nous pouvons reprendre notre route.

Savez-vous qui a inventé l’écluse ? Je suis persuadée que vous ne savez pas et vous allez être surpris de la réponse. C’est Léonard de Vinci. Autre question : Combien dure un passage d’écluse ? Environ 10 minutes.

Nous passerons la 2ème écluse d’ici 45 minutes environ, le repas ne sera servi qu’à 13h15 mais nous avons de la chance car, pour patienter, il paraît que c’est Brigitte P-M qui paie l’apéro. J’espère qu’elle s’en rappelle….

Verrons-nous des crocodiles La végétation est très dense et verdoyante. Comme dit André : « Verrons-nous des crocodiles ? ». On peut tout imaginer car, par endroits, nous pourrions nous croire sur un fleuve d’Afrique, dans une pirogue rencontrant des crocodiles, des hippopotames, des éléphants, etc…
Puis Gilles demande : « On va jusqu’à Nantes ? » Ah non, on va dans l’autre sens Brest.
Georgette s’exclame : « Regarde voilà une éclaircie » OK je veux bien que tu deviennes optimiste mais t’as tout faux. C’est juste que le canal s’élargit, il y a moins d’arbres et de végétation, c’est tout.

2ème écluse en vue. 2 cyclistes pique niquent. Quel courage car le ciel est toujours très bas. Mais bon, un petit remontant ne fait pas de mal, n’est-ce pas Messieurs dames ?

Même manœuvre que pour la précédente écluse. De temps en temps le capitaine donne un coup de corne de brume à l’approche des méandres pour prévenir de notre arrivée un éventuel autre bateau.

un jeune faon traverser à la nage

« Oh, regarde c’est quoi là-bas qui traverse à la nage ? » André : « C’est un canard ». « Mais non, regarde il a des oreilles, un canard n’en a pas ».

jeter l’ancre Pour tous ceux qui étaient à l’avant du bateau, ils ont eu la chance de voir un jeune faon traverser à la nage. Si si c’est vrai. J’ai 3 témoins visuels + notre photographe de la journée Patrick. Super cliché.

René, on attend toujours les éclaircies promises. C’est quand qu’elles viennent ? Tu vas être à l’amende et c’est toi qui va être obligé de payer l’apéro pour tout le monde.

3ème et dernière écluse. C’est ici qu’on va jeter l’ancre et heureusement car les estomacs commencent à réclamer sérieusement pour certains. Un petit ascenseur descend les personnes dans la salle à manger. Pas facile de s’installer car ce n’est pas très grand. Heureusement, les tables sont coulissantes et après quelques tours de manège pour les fauteuils, tout le monde est casé. Nous sommes au ras de l’eau et cela fait drôle. Oh oh, nous l’avons échappé belle, de grosses gouttes viennent faire de beaux ronds dans l’eau. Le repas est très simple mais c’est bon : gésiers en entrée, puis poisson avec du riz et far aux pruneaux.

balade calme

Merci René pour cette balade calme, reposante, entourés de la nature et de ses beautés. Merci aussi car tu as, quand même, tenu un peu ta promesse d’avoir une éclaircie.

La prochaine fois nous remonterons le temps et voyagerons dans la préhistoire à Malansac (période des dinosaures à l’évolution de l’homme).

Oh mais attend ! Que se passe-t-il ? Nous dérivons ou quoi ? Mais non, en fait le bateau commence sa manœuvre de retour.

Tous sur le pont pour goûter au calme de la nature, juste quelques chants d’oiseaux nous accompagnent.

Et l’incroyable arrive, un petit miracle : le soleil a bien voulu faire le retour avec nous. Oh, ce n’était pas un soleil éclatant mais c’est mieux que rien. Le retour semble plus court que l’aller et nous rentrons à Rennes avec presqu’une heure d’avance.

un petit miracle soleil

Une nouvelle fois un grand MERCI à Patrick Morel pour ses belles photos !